subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link
subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link
subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link
subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link
subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link
subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link
subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link
subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link
Folia veterinaria 2010 n° 2 (b)

Points d'actualité



Pregsure BVD®

La firme Pfizer a retiré de sa propre initiative le vaccin Pregsure BVD® du marché allemand, suite à l’incidence plus élevée d’effets indésirables probables chez les veaux issus de mères vaccinées. Il s’agit surtout de prévenir la pancytopénie néonatale bovine (PNB), également connue sous le nom de “syndrome hémorragique du veau”. Cette maladie touche des veaux nouveau-nés âgés de moins d’un mois. Elle est caractérisée par des hémorragies spontanées au niveau de la peau, par des pétéchies au niveau des muqueuses et/ou un méléna. Dans de nombreux cas, les animaux présentent également de la fièvre. L’analyse du sang révèle une pancytopénie, avec une thrombocytopénie prononcée et une leucopénie. Dans la plupart des cas, l’issue de cette maladie est fatale. Outre des hémorragies multiples au niveau de la majorité des tissus et des organes, l’examen post mortem révèle typiquement une aplasie médullaire très prononcée.
On n’a pas encore démontré de lien causal entre cette maladie et l’administration du vaccin précité. Dans certains pays européens, on a d’ailleurs rapporté des cas de PNB chez des veaux issus de mères non vaccinées et chez des veaux issus de mères ayant été immunisées avec d’autres vaccins. Des études épidémiologiques allemandes concernant la PNB sont menées pour démontrer le lien éventuel entre l’usage de ce vaccin et l’apparition de PNB. Les différences géographiques entre l’incidence en Allemagne et dans d’autres pays doivent également être éclaircies. Pregsure BVD® a été retiré du marché belge début juin 2010.
Un formulaire de notification est disponible spécifiquement pour la PNB sur www.arsia.be (format pdf)
On encourage les médecins vétérinaires et les pharmaciens à communiquer à l’AFMPS toute suspicion d’effet indésirable chez l’animal ou chez l’homme.

Risques d'intoxication aux lactones macrocycliques chez le chien

En raison de leur concentration relativement élevée, les médicaments à base de lactones macrocycliques utilisés chez les équidés, les bovins et les ovins (ivermectine, doramectine, éprinomectine, moxidectine), sont liés à un risque d’intoxication chez le chien. En cas de surdosage chez les chiens, ces médicaments provoquent des symptômes tels que dépression, dilatation des pupilles, cécité, convulsions, coma et mortalité. Comme mentionné dans un autre article du présent numéro, le risque d’effets indésirables est accru chez les Colley qui sont porteurs d’une mutation génétique, même lorsque ces médicaments sont utilisés à des doses normales.
Il convient de conserver les médicaments à base de lactones macrocycliques destinés aux animaux producteurs d’aliments hors de portée des chiens. Ceci vaut autant pour les pâtes et les liquides injectables que pour les formes pour-on. Il convient également d’empêcher les chiens de jouer avec les seringues usagées ou de laper les produits renversés. Lors de la délivrance de médicaments à base de lactones macrocycliques destinés aux animaux producteurs d’aliments, le médecin vétérinaire ou le pharmacien peut mettre en garde les usagers contre ce risque.
On encourage les médecins vétérinaires et les pharmaciens à communiquer à l’AFMPS toute suspicion d’effet indésirable chez l’animal ou chez l’homme.

Les pyréthrinoïdes sont mortels chez le chat

Les médicaments à base de pyréthrinoïdes, tels que la perméthrine ou la deltaméthrine, sont administrés avec une grande marge de sécurité aux chiens, dans le traitement ou la prévention des infestations par les poux et/ou les tiques 1. Il arrive que les propriétaires de chiens traités par ces produits, les utilisent aussi en toute ignorance pour traiter les chats présents. Les chats sont cependant très sensibles aux pyréthrinoïdes et pourraient même présenter des effets indésirables en cas de contact étroit avec des chiens venant d’être traités. Lors de la délivrance de tels produits, les médecins vétérinaires et les pharmaciens sont tenus d’informer les propriétaires des animaux des risques possibles en cas d’usage de ces produits chez les chats.
Voir aussi les Folia Veterinaria 2003 n° 3 et 2008 n° 2.
On encourage les médecins vétérinaires et les pharmaciens à communiquer à l’AFMPS toute suspicion d’effet indésirable chez l’animal ou chez l’homme.

1 - Les pyréthrinoïdes peuvent également être commercialisés sous forme de biocides dans le traitement des ectoparasites chez les petits animaux de compagnie. Il est bien évident que ces avertissements valent aussi pour ce type de produits.

Usage impropre du ceftiofur dans le secteur avicole

Depuis quelque temps, l’apparition de bactéries porteuses de bêta-lactamases à spectre étendu (BLSE) chez des animaux producteurs d’aliments, suscite de plus en plus d’inquiétude en médecine vétérinaire.
Le terme de BLSE désigne un groupe d’enzymes d’origine bactérienne. La présence de telles enzymes dans des bactéries induit une perte d’efficacité des antibiotiques bêta-lactamines (pénicillines et céphalosporines). Outre la possibilité de pertes de la production dues à des échecs thérapeutiques chez les animaux, ces BLSE constituent un risque pour la santé publique lorsqu’elles sont présentes chez des animaux producteurs d’aliments. Ainsi, les céphalosporines de 3e et 4e génération par exemple, ne sont souvent administrées qu’en dernier recours contre les bactéries multirésistantes chez les personnes atteintes d’infections bactériennes graves. Un usage modéré de ces antibiotiques est donc requis.
Plusieurs études menées en Belgique (1, 2) signalent une augmentation inquiétante de BLSE dans les germes indicateurs chez les poussins d’engraissement. L’étude récemment menée par Persoons et al. (2) a par ailleurs relevé un taux de résistance élevé au ceftiofur. En Europe, les céphalosporines n’ont pas de valeur LMR chez les volailles. Ces substances ne peuvent donc être utilisées chez cette espèce que de manière très exceptionnelle dans le cadre du système de la cascade. Des rapports décrivant les pratiques thérapeutiques courantes dans ce secteur indiquent que le ceftiofur est utilisé dans des couvoirs. L’utilisation injustifiée de ce groupe d’antibiotiques chez le cheptel avicole augmente le risque de formation de résistance et peut à long terme en détériorer l’efficacité. Il est primordial que l’utilisation des céphalosporines de 3e (et 4e) génération, en particulier chez les animaux producteurs d’aliments, soit réservée à l’usage en deuxième ligne, c'est-à-dire lorsqu’il ressort des tests de sensibilité qu’il n’y a pas d’alternatives pour le traitement de l’infection, et que l’on évite les traitements collectifs du cheptel.
Voir aussi Folia Veterinaria 2009, n°1.
Un consortium a été récemment érigé en Belgique, comprenant des représentants des services publics et des institutions de recherche : BELVET-SAC (Belgian Veterinary Surveillance of Antimicrobial Consumption) ; son objectif est d’enregistrer et d’analyser l’usage des antibiotiques en médecine vétérinaire. Ces données seront réunies avec celles provenant d’autres états membres européens par ESVAC (European Surveillance of Veterinary Antimicrobial Consumption) et serviront de base, avec les données issues de la médecine humaine, à une politique antibiotique fondée en médecine vétérinaire.

1) Smet A, Martel A, Persoons D, Dewulf J, Heyndrickx M, Catry B, Herman L, Haesebrouck F, Butaye P. Diversity of extended-spectrum beta-lactamases and class C beta-lactamases among cloacal Escherichia coli Isolates in Belgian broiler farms. Antimicrob Agents Chemother. 2008 Apr;52(4):1238-43. Epub 2008 Jan 28.

2) Persoons D, Dewulf J, Smet A, Herman L, Heyndrickx M, Martel A, Catry B, Butaye P, Haesebrouck F. Prevalence and persistence of antimicrobial resistance in broiler indicator bacteria. Microb Drug Resist. 2010 Mar;16(1):67-74.

© CBIP - projet vétérinaire

CBIPvet
Contenu du site | Le C.B.I.P. | Contact | Intro | Disclaimer
subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link
subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link
subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link
subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link
subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link
subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link
subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link
subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link