subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link
subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link
subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link
subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link
subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link
subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link
subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link
subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link
Répertoiresite néerlandais

Vaccination contre les maladies virales chez le cheval

Voir aussi:
Vaccination contre les maladies bactériennes chez le cheval
Vaccins antirabiques
Tableau récapitulatif des vaccins pour le cheval

 

Grippe

Le virus de la grippe équine engendre une infection aiguë de l’épithélium des voies respiratoires supérieures et des poumons. Fièvre, abattement, anorexie et toux sèche en sont les signes cliniques caractéristiques. Seules les infections bactériennes secondaires peuvent en général provoquer de la mortalité qui reste plutôt rare, mais les performances des chevaux peuvent être amoindries durant de nombreuses semaines. Il existe deux sous-types du virus de la grippe équine, H7N7 (type 1) et H3N8 (type 2), dont les souches prototypes sont respectivement Prague/56 et Miami/63. Le virus influenza A équin de sous-type H7N7 n’a plus été associé à un cas clinique depuis 1979. Des chevaux ayant occasionnellement encore été trouvés séropositifs, on peut admettre que le virus circule sous forme subclinique au sein de la population équine. Quant à l’autre sous-type, H3N8, il circule largement dans les populations de chevaux et engendre fréquemment des épisodes de grippe chez le cheval dans le monde entier.
Vaccin
Vaccin contre la grippe équine - Vaccins combinés avec l’anatoxine tétanique
La plupart des vaccins sont des vaccins inactivés à base d’un virus complet ou d’antigènes, hémagglutinine (HA) et neuraminidase (NA), fractionnés. Un vaccin recombinant est préparé à base de 2 vecteurs poxvirus du canari exprimant les hémagglutinines de virus H3N8 de la lignée américaine et de la lignée européenne. Ils contiennent au minimum un isolat de chaque sous-type et en général également un adjuvant (huile, dérivés d’aluminium, carbomère ou Quil A). Le sous-type H3N8 présente une certaine « dérive antigénique » (antigenic drift). De ce fait, des isolats plus récents assurent une protection plus large contre les souches actuellement circulantes. Un groupe d’experts de l’OIE (OIE Expert Surveillance Panel on Equine Influenza Vaccine) émet les recommandations sur les souches vaccinales les plus adéquates. C’est pourquoi tous les vaccins contiennent une ou plusieurs souches récentes de virus H3N8, en plus de la souche Miami/63 ou s’y substituant. Certains vaccins H3N8 contiennent en plus, à côté d’isolats de la lignée européenne, un représentant de la lignée américaine (Newmarket/1/93). Des adjuvants tels que les carbomères (carbopol) et les saponines (Quil A), ou les systèmes de présentation d’antigènes (immune stimulating complexes, ISCOMS) peuvent élargir et prolonger la réponse en anticorps. Les vaccins ISCOM seraient également en mesure de stimuler la réponse immune à médiation cellulaire.
Protection
La protection est basée sur la présence d’anticorps sériques dirigés contre l’hémagglutinine: il y a une corrélation très nette entre le taux en anticorps et le degré de protection. La réponse en anticorps après la vaccination est cependant de courte durée et des revaccinations fréquentes sont nécessaires afin d’assurer un taux en anticorps qualifié de «protecteur». Chez les chevaux à haut risque tels les chevaux de compétition ou de spectacle, il est conseillé de procéder à des revaccinations tous les 3 à 4 mois. Dans d’autres situations, il suffit de revacciner tous les 6 mois à un an. Même les chevaux bien vaccinés sont souvent seulement partiellement immunisés. Ils sont alors protégés contre la maladie, mais non contre l’infection. Excrétant encore le virus, ils sont une source d’infection dangereuse pour les animaux sensibles. L’efficacité des vaccins est également déterminée par la concentration en antigènes et la parenté antigénique entre les souches du vaccin et les souches circulantes.
Particularités
Des directives spécifiques sont en vigueur concernant la vaccination des chevaux de sport participant aux concours de la FEI. La non observation de ces directives peut entraîner l’exclusion du droit de participation au concours.

 

Vaccins contre l'influenza

EQUILIS PREQUENZA (Intervet Int) - Notice via EMA -
sous-unités purifiées d’hémagglutinines des virus influenza équins:
A/equine-2/South Africa/4/03: 50 UA
A/equine-2/Newmarket/2/93: 50 UA
adjuv: saponine, cholestérol, phosphatidylcholine
vaccin injectable im
Posologie:
Eq (âge > 6 m)
- Primovac: 1 dose/animal, répéter après 4 sem
- Revac: 1 x 1 dose après 5 m, ensuite 1 dose/12 m
poulain sans imm mat (âge 4 m): 1 dose, suivie d’un protocole de vac complet
OOI: 2 sem après vac de base
DOI: 5 m après vac de base, 12 m après 1e revac
Temps d'attente: 0 j
seringues pré-remplies avec aiguilles 10 x 1 dose
R/
PROTEQFLU (Merial) - Notice via EMA -
virus canarypox recombiné grippe A/equi/Ohio/03 [H3N8] (vCP2242): min 5,3 log10 FAID50/dose
virus canarypox recombiné grippe A/equi/Richmond/1/07 [H3N8] (vCP3011): min 5,3 log10 FAID50/dose
adjuv: carbomère
vaccin injectable im
Posologie:
Primovac:
Eq (âge: min 5-6 m): 2 x 1 dose (1 ml) avec 4-6 sem d'intervalle
Revac: 5 m après la primovac, ensuite 1x/an
en cas de risque accru: 1e vac à l'âge de 4 m, puis suivre schéma ci-dessus
OOI: 14 j après vac de base
DOI: 5 m après vac de base et 1 an après 3e vac
Temps d'attente: 0 j
flacon 10 x 1 dose
R/

 

Haut de page

 

Vaccins multivalents

Rhinopneumonie

L’herpèsvirus équin 1 (EHV-1) et l’EHV-4 sont présents de manière endémique dans la population équine. Les deux virus se multiplient d’abord dans le système respiratoire. Ce phénomène peut entraîner des troubles respiratoires (rhinopneumonie). C’est surtout dans le cas du EHV-1 que la multiplication primaire est suivie d’une virémie. Le virus se localise dans les globules blancs et se dissémine dans différents organes cibles, aussi bien l’utérus que le système nerveux. Ceci peut entraîner des avortements, de la mortalité néonatale et des troubles nerveux (la myéloencéphalopathie).
Vaccin
Vaccin contre la rhinopneumonie
Ces vaccins inactivés peuvent être utilisés chez les chevaux et les poneys quel que soit leur état physiologique.
Protection
Les vaccins actuellement disponibles pour le contrôle de l’EHV-1 et de l’EHV-4 assurent principalement une protection clinique contre l’apparition de troubles respiratoires. La protection contre les avortements, la mortalité néonatale ou la myéloencéphalopathie ne peut pas être garantie, car, même en présence d’anticorps neutralisants, une virémie peut apparaître suite à une (ré-)infection par l’EHV-1 suivie d’une dissémination vers les organes cibles. Les animaux peuvent être vaccinés dès la disparition de l’immunité maternelle. Des revaccinations régulières sont conseillées.

Vaccin contre la rhinopneumonie

Voir Bon à savoir avril 2016

EQUIP EHV 1,4 (Zoetis) - Notice via AFMPS -
herpèsvirus équin inact:
EHV-1 (438/77): min 10exp 7,3 DICT50/dose
EHV-4 (405/76): min 10exp 7,3 DICT50/dose
adjuv: carbopol
vaccin injectable im
Posologie:
Primovac:
Eq (âge > 5-6 m ou > 3 m lorsque risque élevé d'infect.):
2 x 1 dose (1,5 ml) à 4-6 sem d'intervalle
Revac:
1 dose/ 6 m
jument: 1 dose au cours des 5e, 7e et 9e mois de la gravidité
OOI: 3 sem
DOI: 6 m
Temps d'attente: 0 j
flacon 10 x 1 dose
R/

Haut de page

 

Virus de la fièvre du Nil occidental ou virus West Nile

Le virus de la fièvre du Nil occidental ou virus West Nile est un flavivirus. Il s’agit d’un arbovirus à ARN, dont les vecteurs sont des moustiques du genre Culex. Les oiseaux jouent le rôle de réservoir. Le virus est capable d’infecter une très grande diversité d’animaux, et spécialement le cheval et l’homme qui peuvent développer une maladie de gravité variable jusqu’à une encéphalite mortelle. Le virus peut être introduit dans une nouvelle région par le biais d’oiseaux migrateurs. Des moustiques contaminés peuvent infecter les mammifères et l’homme. L’homme et le cheval sont des hôtes accidentels. La virémie est trop faible chez les mammifères et les espèces animales autres que les oiseaux pour infecter les moustiques : ce sont des culs-de-sac épidémiologiques. Les signes cliniques après infection sont principalement observés chez le cheval, dans seulement 10% des cas infectés. Les signes peuvent apparaître de manière aiguë ou graduellement. Les principaux signes cliniques traduisent une méningo-encéphalomyélite descendante : faiblesse musculaire, incoordination, ataxie, parésie, paralysie des membres postérieurs, puis des quatre membres, et qui peut évoluer en une encéphalite fatale.
Vaccins
Il existe deux vaccins, l’un inactivé et l’autre recombinant. Le vaccin inactivé contient la souche VM-2 du virus West Nile inactivé, issu d’un isolat américain qui protège également contre les types de virus sauvages rencontrés en Europe. Le vaccin recombinant est composé d’un vecteur poxvirus du canari exprimant les gènes preM et E du virus West Nile.
Protection
Le vaccin est indiqué dans l’immunisation active des chevaux de 6 mois et plus contre la maladie causée par le virus West Nile, en vue de réduire le nombre de chevaux virémiques. Le vaccin diminue et prévient les signes cliniques chez les animaux vaccinés. Après la vaccination, une légère tuméfaction peut survenir au niveau du site d’injection, elle disparait spontanément après 1 à 2 jours. Dans certains cas, de l’hyperthermie se manifeste durant les 2 jours suivant la vaccination.
Particularités
L’interférence de la vaccination sur la surveillance épidémiologique est faible étant donné l’absence de particules virales vivantes dans les vaccins et un taux d’ARN viral très faible, qui n’est donc probablement pas détecté par les techniques de PCR.  Elle est faible si les tests sérologiques sont basés sur la détection d’anticorps IgM, présents en cas d’infections naturelles mais pas en cas de vaccination. Cette interférence est néanmoins réelle si les tests sérologiques dépistent les IgG.
Cette maladie est à déclaration obligatoire.

Vaccin contre le virus West Nile

EQUIP WNV (Zoetis) - Notice via EMA -
West Nile Virus inact, souche VM-2: 1,0- 2,2 RP
adjuv: huile
vaccin injectable im
Posologie:
Eq (âge > 6 m):
Primovac: 2 x 1 dose (1 ml)/animal à 3-5 sem d'intervalle
Revac: 1 dose/an (non validé)
OOI: 3 sem après vac de base
DOI: 12 m après vac de base pour les souches WNV de lignée 1 (la DOI n'est pas établie pour les souches de WNV de lignée 2)
Temps d'attente: 0 j
seringue 2 x 1 dose
R/i
PROTEQ WEST NILE (Merial) - Notice via EMA -
virus canarypox recombiné West Nile (vCP2017): 6.0 à 7.8 log10 CCID50
adjuv: carbomère
vaccin injectable im
Posologie:
Primovac:
Eq (âge: min 5 m): 2 x 1 dose (1 ml) à 4-6 sem d'intervalle
Revac: 1x/an
OOI: 4 sem après vac de base, DOI: 1 an après vac de base avec 2 inj
Temps d'attente: 0 j
flacon 2 x 1 dose
R/i

Haut de page

 

Rotavirus

Le rotavirus équin est fréquemment impliqué dans les diarrhées infectieuses chez le poulain. La diarrhée à rotavirus est généralement associée à un taux de morbidité élevé, mais le taux de mortalité reste faible.  Le virus endommage les villosités de l’intestin grêle et provoque ainsi une mauvaise digestion, une malabsorption et de la diarrhée. Ceci peut entraîner une déshydratation sévère et une perturbation de l'équilibre électrolytique.
Vaccin
Vaccin à base du rotavirus équin inactivé sérotype G3P12. Pour la vaccination de juments gestantes.
Protection
Le vaccin est indiqué pour l’immunisation passive des poulains par le colostrum des juments vaccinées. En protégeant ainsi les poulains, on diminue le risque de diarrhées provoquées par le rotavirus équin de sérotype G3 P12. Les juments sont vaccinées au 8e, 9e et 10e mois de chaque gravidité. Les juments peuvent transférer l’immunité passive aux poulains 4 semaines après la dernière vaccination. Chez les poulains de juments vaccinées, on observe une augmentation des anticorps contre le rotavirus équin pendant environ 60 jours. On ignore actuellement la prévalence du sérotype G3P12 en Belgique. Il est donc difficile d’évaluer si ce vaccin confère une protection suffisante aux chevaux belges. En l’absence de données spécifiques belges, on peut cependant se référer au fait que ce séroype est le plus répandu actuellement dans le monde.
Particularités
Ce vaccin ne peut contribuer au contrôle de la diarrhée à rotavirus que si le poulain reçoit une quantité suffisante de colostrum dans les 24 heures après sa naissance et si une consommation continue du lait de la jument vaccinée est ensuite assurée. L’efficacité du vaccin dépend du taux d’anticorps produits par la jument vaccinée, ainsi que de la capacité du poulain à ingérer et absorber ces anticorps.
Chez 3 % des juments vaccinées, une légère tuméfaction parfois douloureuse peut être observée après la vaccination, au niveau du site d’injection. Dans 50 % des cas, on peut observer chez les juments vaccinées une légère augmentation de la température corporelle. Ces effets indésirables disparaissent généralement spontanément.

Vaccin contre le rotavirus équin

 

Haut de page

 

Vaccins multivalents

DUVAXYN IE PLUS T (Eli Lilly) - Notice via AFMPS -
virus de la grippe, inact (par dose):
A/Equi-1 Prague (H7N7): 15 mcg HA/1,5 ml
A/Equi-2 Newmarket (H3N8): 15 mcg HA/1,5 ml
A/Equi-2 Suffolk (H3N8) : 15 mcg HA/1,5 ml
anatoxine tétanique purifiée: 15 Lf/1,5 ml
adjuv: hydroxyde d'alminium, carbomère 934 P
vaccin injectable im
Posologie:
Primovac:
Eq (âge > 3 m): 1 dose si risque accru d'infect, puis schéma suivant:
Eq (âge > 5-6 m): 1e dose dès l'âge de 5-6 m, 2e dose 4-6 sem après, 3e dose 6 m plus tard
Revac: 1 dose/an
OOI: 2 sem après 2e vac
DOI: 6 m après 2e vac, 12 m après 3e vac et après revac
flacon 10 x 1 dose
R/
EQUILIS PREQUENZA TE (Intervet Int) - Notice via EMA -
sous-unités purifiées d’hémagglutinines des virus influenza équins:
A/equine-2/South Africa/4/03: 50 UA
A/equine-2/Newmarket/2/93: 50 UA
anatoxine tétanique: 40 EF
adjuv: saponine, cholestérol, phosphatidylcholine
vaccin injectable im
Posologie:
Eq (âge > 6 m):
Primovac: 1 dose/animal, répéter après 4 sem
Revac:
- influenza: 1 dose après 5 m, ensuite 1 dose/12 m
- tétanos: 1 dose max 17 m après vac de base, suivi par 1 dose/2 ans
poulain sans imm mat (âge 4 m): 1 dose, suivi d’un protocole de vac complet
OOI: EIV: 2 sem après vac de base, tétanos: 2 sem après vac de base
DOI: EIV: 5 m après vac de base, 12 m après 1e revac, tétanos: 17 m après vac de base, 24 m après 1e revac
Temps d'attente: 0 j
flacons 10 x 1 dose (1 ml)
seringues pré-remplies avec aiguilles 10
R/
EQUIP FT (Zoetis) - Notice via AFMPS -
antigènes inact du virus de la grippe équine:
A/Equi/1 (H7N7) Newmarket '77: min 1,2 log10 HAI/2 ml
A/Equi/2 (H3N8) Kentucky '98: min 2,4 log10 HAI/2 ml
A/Equi/2 (H3N8) Borlange '91: min 2,1 log10 HAI/2 ml
anatoxine antitétanique purifiée: min 70 UI/ml
Adjuv: phosphate d'aluminium, acide quillaïque, phosphatidyl choline, acétate d'ammonium, cholesterol
vaccin injectable im
Posologie:
Primovac:
Eq (âge > 6 m): 2 x 1 dose à 6 sem d'intervalle
Revac:
après 5 m, après 12-15 m et ensuite tous les 12-15 m
OOI: grippe, tétanos: 2 sem après vac de base
DOI: grippe, tétanos: 15 m après 1e revac
Temps d'attente: 0 j
flacon 10 x 2 ml
R/
PROTEQFLU-TE (Merial) - Notice via EMA -
virus canarypox recombiné grippe A/equi/Ohio/03 [H3N8] (vCP2242): min 5,3 log10 FAID50/dose
virus canarypox recombiné grippe A/equi/Richmond/1/07 [H3N8] (vCP3011): min 5,3 log10 FAID50/dose
anatoxine Clostridium tetani: min 30 UI/dose
adjuv: carbomère
vaccin injectable im
Posologie:
Primovac:
Eq (âge: min 5-6 m): 2 x 1 dose (1 ml) avec 4-6 sem d'intervalle
Revac: 5 m après la primovac, ensuite 1x/an
en cas de risque accru: 1e vac à l'âge de 4 m, puis suivre schéma ci-dessus
OOI: 14 j après vac de base
DOI: 5 m après vac de base et après la primovac et le rappel 5 m plus tard : 1 an pour la grippe équine et 2 ans pour le tétanos
Temps d'attente: 0 j
flacon 10 x 1 dose
R/

 

Haut de page

 

 

© CBIP-projet vétérinaire

CBIPvet
Contenu du site | Le C.B.I.P. | Contact | Aide | Disclaimer
subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link | subglobal1 link
subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link
subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link
subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link
subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link
subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link
subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link
subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link